20 Février 2007

Permalink 20:54 pm, Richard Martineau / Franc-parler, 402 mots  

Factory Girl — critique



Malgré ce qu’on pourrait penser, Factory Girl ne raconte pas la vie d’une fille qui travaille dans une usine.

C’est une biographie de Edie Sedgwick, une riche héritière qui fut la muse du peintre Andy Warhol. The Factory était le nom du loft où travaillait le Roi du Pop Art.

À travers la vie tragique de ce top model, qui est morte d’une surdose de médicaments à l’âge de 28 ans, ce long métrage brosse un portrait fascinant de la scène underground à la fin des années 60…

Andy Warhol disait que ses toiles n’avaient aucune profondeur. « Je n’ai aucun discours, disait-il. What You See Is What You Get. Il n’y a rien derrière la surface… »

Eh bien, on pourrait dire la même chose de Factory Girl. Les images du film, qui mélangent le noir et blanc et la couleur, et qui sont très, très granuleuses, comme si elles avaient été tournées en Super 8, sont magnifiques. Mais le scénario est aussi plat et aussi prévisible qu’une Musicographie de Janis Joplin.

« Elle était drôle! Elle courait les partys! Elle se défonçait! Et elle est morte avant d’avoir 30 ans! »

Le personnage central du film n’est pas Edie Sedwick (qui, disons-le, n’était pas un personnage très intéressant….) C’est Andy Warhol.

Pour ses fans, Warhol était un génie. Mais dans la vie privée, c’était un monstre. Tout ce qui l’intéressait, c’était l’argent. Il manipulait les gens, les pressait comme des citrons et les jetait à la poubelle quand ils n’avaient plus besoin d’eux.

Guy Pearce, qu’on a vu dans Memento, est hallucinant dans le rôle de Warhol. On ne le reconnaît pas, physiquement, il ressemble à Stéphane Rousseau sur les anti-dépresseurs, c’est un homme froid, distant, qui est incapable d’établir une relation avec quiconque.

Plus qu’une biographie de Warhol ou de sa muse, Factory Girl est une critique implacable d’une société qui ne jure que par la célébrité et le fric.

Le film se déroule en 1968, mais ça pourrait être aujourd’hui.

La seule différence, c’est qu’avant, les gens étaient célèbres pendant 15 minutes, alors qu’aujourd’hui, ils sont célèbres pendant 15 jours.

Commentaires:

Cet article n'a pas de commentaires pour le moment...

Laisser un commentaire:

Vous désirez réagir à cet article?
au Passeport Canoë pour laisser un commentaire.