6 Août 2008

Permalink 09:30 am, Richard Martineau / Franc-parler, 199 mots  

Une bombe

Lorsque l'Armée américaine a mis la main sur Saddam Hussein, en décembre 2003, le gouvernement Bush a montré une lettre aux médias.

Cette lettre, écrite par le chef de la sécurité irakienne (et adressée à Saddam personnellement), disait que Mohammed Atta, le cerveau derrière les attentats du 11 septembre, s'était entraîné en Irak.

La lettre affirmait aussi qu'al-Quaida avait réussi à importer illégalement du plutonium en Irak.

Or, dans son plus récent bouquin, le journaliste Ron Suskind affirme que cette fameuse lettre (qui prouvait "hors de tout doute" que les États-Unis avait bel et bien raison d'envahir l'Irak) était un faux document rédigé par deux agents du CIA À LA DEMANDE EXPRESSE DE LA MAISON-BLANCHE.

L'accusation de Suskind est diablement sérieuse.

Si c'est vrai, ça démontre que George W. Bush et son État major ont délibérément menti à la population américaine pour justifier une opération militaire — opération qui a causé la mort de centaines de jeunes soldats.

Cela veut dire que théoriquement (je dis bien: THÉORIQUEMENT), George W. Bush pourrait être traîné devant les tribunaux, accusé de trahison et destitué.

À suivre...




Commentaires:

Cet article n'a pas de commentaires pour le moment...

Laisser un commentaire:

Vous désirez réagir à cet article?
au Passeport Canoë pour laisser un commentaire.