18 Mai 2010

Permalink 08:18 am, Richard Martineau / Franc-parler, 580 mots  

Avortement : une proposition sensée

Hier, à l’émission que j’anime sur les ondes de LCN, j’ai reçu Georges Buscemi, le président de Campagne Québec-Vie, un groupe anti-avortement qui appuie le cardinal Ouellet.

L’homme me disait que pour lui, toute forme d’avortement est condamnable.

« Même si la femme vient juste de tomber enceinte et qu’il n’y a pas à proprement parler de bébé dans son corps ? », lui ai-je demandé.

« Oui. Selon nous, la vie commence dès la première seconde de la conception, quand le spermatozoïde rencontre l’ovule. »


D’UN EXTRÊME À L’AUTRE

Bref, un curetage, pour lui, est un avortement. Idem pour la pilule du lendemain.

Comme je l’ai écrit l’autre jour, le débat sur l’avortement m’exaspère. Car j’ai toujours l’impression qu’il confronte deux positions extrémistes : ceux qui se foutent complètement du droit de la mère et ceux qui se foutent complètement du droit du fœtus.

Les premiers considèrent qu’un amas de cellules est un être humain. Et les seconds considèrent qu’un fœtus de cinq mois est un amas de cellules.

J’ai de la misère avec les deux positions.

Pour moi, un amas de cellules est un amas de cellules. Et un fœtus avec une tête, des bras, des jambes, un cœur et un cerveau est un être humain.

Si on protège les bébés phoques, je ne vois pas pourquoi on ne protègerais pas un fœtus de cinq mois !


LE SEUIL DE VIABILITÉ

En effectuant des recherches, je suis tombé sur un texte fort intéressant publié dans La Gazette des femmes en 1998. La journaliste, Carole-Line Nadeau, interviewait Margaret A. Somervile, prof au Centre de médecine, d'éthique et de droit de l'Université McGill.

La position de madame Somervile m’apparaît remplie de bon sens.

« Nous abordons toujours ce débat en présentant deux visions diamétralement opposées, dit-elle. D'un côté, seule la mère a des droits avant la naissance et, de l'autre, les droits du foetus devraient primer sur toute considération. Mais il y a un large spectre entre les deux tendances, et le législateur peut et doit les délimiter.

« J'estime qu'il faut revoir le principe voulant que la mère et l'enfant ne font qu'un jusqu'à la naissance. Cette analyse nie une réalité biologique, scientifiquement reconnue : le foetus est viable, en dehors du ventre de sa mère, bien avant qu'il naisse. C'est le seuil de viabilité qui devrait nous guider pour fixer certaines limites. »


BONNE QUESTION

En d’autres mots, si le fœtus atteint un stade de développement où il peut vivre à l’extérieur du ventre de sa mère, il est considéré comme un être humain à part entière, et on ne peut attenter à sa vie.

« À mon avis, continue madame Somervile, c'est un non-sens que la loi canadienne permette l'avortement jusqu'à la toute fin de la grossesse. Pourquoi une injection mortelle dans l'utérus est-elle approuvée, tandis que, administrée au moment de la naissance, elle est considérée comme un acte criminel ?

« Limiter l'arrêt de la grossesse au seuil de viabilité du foetus ne signifie aucunement l'interdire. Plusieurs pays ont choisi cette solution. »

Qu’est-ce qu’on attend pour légiférer dans ce sens et interdire les avortements tardifs ?


Commentaires:

Commentaire de: Sébastien Daneau
Vous voulez un extrême pro-choix?

J'ai déjà lu dans un débat Internet une femme qui affirmait que ce qui se passe dans le corps d'une femme est légalement sa décision.

Pour elle, un avortement à 2 jours de grossesse ou bien de battre mortellement un bébé qui est encore attaché à la mère par un cordon ombélical avec un bat de baseball... même chose pour elle.


Les extrémistes... bref, TOUT ce qui fini en "iste", ça donne la chair de poule parfois
Permalien 2010-05-18 09:43:53
Commentaire de: Stéphane Gagné
Je suis complètement d'accord avec toi Richard. D'ailleurs ton exemple de la défense des bébés phoques est une excellente comparaison. Comme tu dis un des gros problème est qu'on aborde toujours le sujet par des extrêmes.
Je dit souvent que lorsqu'on considère une question ou une situation en utilisant des "extrêmes"; on a tendance à déformer l'affaire jusqu'à être hors contexte - à ne plus être objectif.
Exemple: Si tu dis "je ne crois pas être pire qu'un autre" et que je répond "Martineau veut nous faire croire qu'il est le meilleur", je viens d'amener tes paroles a un extrême que tu n'as jamais dit et déformer le débat.
On voit çà régulièrement sur ce blogue. On prend l'exemple de 2 religions - catholique et islamiques- qui ont connu des guerres et ont conclut: TOUTES les religions causent la guerre; ce qui est historiquement faux. L'exception ne doit pas constituer la règle car alors on conclue que toute personne ayant une croyance doit être censurée et ostracisée de la société.
Jusqu'ici les 2 parties n'ont jamais proposé comme possiblement acceptable un autre choix choix que les 2 extrêmes sur la question du droit à l'avortement. Et ceux qui prennent le temps de réfléchir entre les 2 bouts réalisent qu'il y a un problème.
À ceux qui craignent qu'on ouvre le débat: Il est évident que l'avortement ne sera jamais re-criminalisé, soyons réalistes. Il est inutile de se servir de cette crainte pour refuser de causer. Mais on est rendu qu'on réalise que le laxisme ridicule de la législation actuelle pose des problèmes et soulève des questions incontournables pour une société responsable et civilisée et il est temps d'y faire face. Dans ce sens je serai toujours en appui
avec la position de Richard.
Permalien 2010-05-18 10:55:27
Commentaire de: Sylvain Pelletier
Si l'avortement est illégal ici, il se trouvera des cliniques privées en Inde, au Bangladesh ou tout autres pays ou chacun fait ce qu'il veut selon la loi du marché, pour s'en charger. Il suffit d'organiser un p'tit voyage et hop, le problème est resté derrière. Hypocritement, comme d'habitude, les gens fortunés ne seront pas importunés pour le même "crime".
Il y a déjà des usines à bébés dans ces pays et qui fonctionnent à plein régime. Quand l'argent n'a pas de conscience...tout est possible.

Et pourquoi on ne ferait pas confiance au jugement des femmes pour décider??? Pourquoi gouvern-maman devrait se mettre le nez la dedans tout à coup? Encore le double discour motivé par une idéologie particulère??? La responsabilisation à géométrie variable selon l'idéologie...Wow!

Et en quoi avoir emprisonné toutes les femmes qui ont eu recour à un avortement serait bon pour la société? Comment est-ce que emprisonner 100000 femmes par année au Canada ferait évoluer notre société? Comment mettre au monde 100000 enfants non désirés serait un plus pour notre société? La plupart des femmes qui ont eu recour à un avortement ont plus tard une famille et elles sont productives. Par contre, ça coûte $140000.00/an pour emprisonner une femme. Est-ce qu'on a les infrastructures pour ça? Est-ce qu'on a de l'argent pour ça? Évidemment, pour les anti-choix, il y aura toujours du fric pour les prisons.

La morale à 5 cennes, p'u' capable...
Permalien 2010-05-18 11:26:50
Commentaire de: Ulysse Bertholet
Je ne suis pas en faveur de l'avortement mais en tant que croyant en Jésus-Christ, je ne suis pas non plus à l'aise de lancer froidement une opinion qui qui se base juste sur des considérations étiques bibliques qui font toute fois partie de ce que je crois.
Notre société souffre de carences affective et de manque de repère. Ce qui m'importe, c'est de faire ce que le Christ mon modèle faisait. Il aimait les gens, prenait du temps avec eux et répondait à leurs besoins sans les condamner. Je préfère manifester de l'amour à des gens qui font des choses qui ne correspondent pas à mes valeurs dans l'espoir qu'ils découvrent une vraie relation avec Dieu sans contraintes. Plutôt que de les éloigner avec l'intégrisme religieux.
Permalien 2010-05-18 11:49:07
Commentaire de: 
Dépèche toi avant qu'il devienne viable...

Cette décision n'est peut-être pas aussi simple qu'elle en a l'air.
Il me semble que j'aurais de la difficulté à vivre avec cette action.

C. Pearson.
Permalien 2010-05-18 11:57:38
Commentaire de: Yann Aralbol
«Qu’est-ce qu’on attend pour légiférer dans ce sens et interdire les avortements tardifs ?»

Suivant la même logique, et le cliché religieux voulant que «Toute vie humaine est sacrée», il faudrait aussi:

-légiférer pour interdire toute forme de guerre;

-légiférer pour bannir à tout jamais la peine de mort;

-légiférer pour interdire toute forme d'euthanasie.

Faudrait un jour se débarasser des clichés de la moralité judéo-chrétienne, et admettre que la vie humaine, dans l'absolu, n'a pas plus d'importance que celle d'un chien ou d'un moustique.

Elle n'a d'importance que par la croyance «d'êtres créés à l'image de Dieu» et parce que l'humain se prend pour le nombril de l'Univers.

En ce sens, l'avortement n'est pas plus un meurtre que les tueries canadiennes en Afghanistan, et devrait être laissé à la conscience de celles et de ceux qui le choisissent et le pratiquent.
Permalien 2010-05-18 12:07:23
Commentaire de: Catherine Laliberté
Et dans une situation où la vie de la mère est en danger à cause de la grossesse ? Si on ne peut sauver soit l'un, soit l'autre, qui doit "l'emporter" ? En admettant que la mère veuille sauver sa propre vie. Qui décide ? Pour moi c'est clair : la mère, 100 fois la mère. Je regarde peut-être trop de séries médicales.
Permalien 2010-05-18 12:12:35
Commentaire de: Paul Tergeist
Pour moi une femme qui ne veut pas de bébé elle n'a pas d'affaire à tomber enceinte.

J'ai pas à payer les frais des couples irresponsables la santé coûte réelement assez cher aux contribuables.

Pour ce qui est d'un viole,ceci arrive combien de fois par année au Quebec?
2 ou 3 ?!
Permalien 2010-05-18 12:14:39
Commentaire de: M. Tremblay
Le seuil de viabilité est un critère un peu artificiel, pourquoi un foetus deviendrait-il soudainement humain à ce moment précis, et pas avant? Et ce critère dépend de l'état de la technique. Les prématurés peuvent maintenant vivre plus jeunes qu'autrefois, et ça pourrait changer encore dans l'avenir. Néammoins il me semble qu'un tel critère de compromis serait effectivement beaucoup mieux que l'absence de législation actuelle, et tout le monde pourrait s'entendre là-dessus. Des enfants prématurés ont survécu à partir de 22 semaines. Alors il est aberrant que, dans la loi canadienne, un foetus de 22 semaines et plus n'ait aucun droit dans le ventre de sa mère, et soit considéré comme un être humain s'il sort.
Permalien 2010-05-18 12:45:01
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
QUAND LA VIE COMMENCE-T-ELLE?

S'agit-il vraiment de la destruction d'une vie ? Une mère célibataire bouleversée, voire désespérée, ne voit sans doute pas l'avortement sous cet angle. Cependant, le Dr B. N. Nathanson, ancien défenseur ardent de l'avortement, parla de ce qu'il appelle "la vérité infiniment déchirante". Quelle est cette vérité ? "Nous otons la vie."

La question capitale est celle-ci: Quand la vie commence-t-elle? La Dr Nathanson fit ce commentaire: "Nous savons qu'il y a une vie humaine dès le commencement de la grossesse." Dans une lettre qu'il envoya au Denver Post, Frank Bolles, également médecin, écrivit: "Il est beaucoup plus facile d'envoyer un homme au bureau d'aide sociale que de l'inviter à notre table, ou de proposer l'avortement comme solution au problème de la grossesse que de prendre soin de la femme lorsqu'elle a besoin d'aide. Légalement, biologiquement et économiquement, l'avortement n'est pas une solution. Il ne s'agit pas de l'État contre l'individu, mais de l'individu contre Dieu. Je vous conjure de tenir compte de Dieu et de ses pensées quand vous déterminez la valeur de la vie de votre prochain (né ou à naître, désiré ou non désiré, sain ou difforme) ou de la votre."

Qu'indique la parole de Dieu à ce sujet ? Elle montre que Dieu accorde une grande valeur à la vie humaine dès sa conception. La Loi qu'il avait donnée à l'ancien Israël disait: "Si des hommes sont aux prises et qu'ils heurtent une femme enceinte et que ses enfants sortent, mais sans qu'il se produise d'accident mortel, il faudra lui imposer sans faute une indemnité, selon ce que le propriétaire de la femme lui imposera, et il devra le doner par l'intermédiaire des magistrats. Mais sÙ'il se produit un accident mortel, alors tu devras donner âme pour âme-Exode 21:22-25.

Fait remarquable, les Écritures n'indiquent pas, ni dans ce texte ni dans aucun autre, que l'âge du foetus est un facteur à considérer pour savoir si une femme peut ou non avorter. Puisque Dieu ne donne aucune règle concernant l'âge du foetus, il ne convient pas que quelqu'un d'autre cherche à en établir une.

Il est important de reconnaître que la vie est transmise non pas au moment de la naissance, mais au meoment de la conception. C'est alors, dit l'Encyclopédie brittanique, que "commence l'histoire de la vie de l'individu, en tant que qu'entité biologique disctinte". Il est certain que Dieu accorde de la valeur à la vie humaine avant même la naissance, car le roi David inspiré par Dieu, déclara: "Tes yeux virent mon embryon, et dans ton livre se trouvaient inscrites toutes ses parties, pour ce qui est des jours ou elles furent formées et ou il n'y avait encore pas une d,entre elles."- Psaume 139:16

Il est intéressant de lire ce que David ajouta, savoir: "Aussi, combien me sont précieuses tes pensées ! Ô Dieu, combien en est grande la somme !" (Psaume 139:17). De toute évidence, David désirait se conformer à la volonté de Dieu, qui accorde tant d'attention à la vie humaine. Éprouvez-vous les mêms sentiments que lui ?

Si oui, vous avez sans doute tiré la conclusion exacte, à savoir qu'un avortement provoqué est un acte criminel, donc un péché aux yeux de Dieu Tout-Puissant. Ce n'est pas la solution conforme à la volonté divine pour résoudre les problèmes qui résultent de la conception en dehoers du cadre du mariage. La solution consiste à rejeter toute conduite qui pourrait aboutir à une grossesse dans cette situation. "La fornication, l'impureté, l'inconduite" figurent parmi les "oeuvres de la chair" condamnées par Dieu. En revanche, le fruit de l'esprit saint de Dieu inclut "la maîtrise de soi". Il n'est pas impossible de rejeter les "oeuvres de la chair". L'apôtre Paul écrivit: "Ceux qui appartiennent à Christ Jésus ont attaché sur le poteau la chair avec ses passions et ses désirs."-Galates 5:19-24

Mais qu'en est-il d'une femme mariée qui se trouve enceinte alors qu,elle ne le souhaitait pas ? Plutôt que de penser à l'avortement, elle fera mieux d'adopter le point de vue exprimé par le roi Salomon, inspiré par Dieu. Il s'exclama : "Voici les fils sont un héritage de Dieu; la fruit du ventre est une récompense."-Psaume 127:3. Il est vrai que la naissance d'un enfant et le rôle de parents amènent des soucis, mais ils ne provoquent pas les douleurs psychologiques et le sentiment de culpabilité qui résultent souvent d'un avortement. Jésus a déclaré fort à propos: "Une femme, quand elle enfante, a du chagrin parce que son heure est venue; mais quand elle a donné le jour au petit enfant, elle ne se souvient plus de la tribulation, dans la joie qu'un homme soit né dans le monde."-Jean 16:21

Bref, les femmes qui se revendique de l'usage de leur propre corps et disent que le choix leur appartient, devraient se demander qu'elle st la valeur de la vie aux yeux de Dieu. Dans le cas ou elles ne croient pas en Dieu, elles devraient se demander suis-je responsable de la vie que je porte en moi et quel prix est-ce que j'accorde à cette vie ? Ai-je agit en personne responsable de mes actes en ce qui concerne mon comportement sexuel en employant des mesures contraceptives adéquates pour ne pas tomber enceinte ? Est-ce que je pense plus à mes droits plutôt qu'à mes devoirs en ce qui concerne mon corps et le comportement que j'utilise moralement ?


Permalien 2010-05-18 13:26:47
Commentaire de: Roger Gauthier
Mgr Ouellet en tant que Cardinal et représentent de son Église devrait mette son talent et son temps à aider tout ces gens qui ont été brimés dans leurs intégrité par plusieurs dirigeants de cette même Église.
Le fait qu'il dénoncerait aujourd'hui haut et fort les gestes et l'hypocrisie de beaucoup de ces confrères ferait de lui un homme plus humble et charitable, tels que son Dieu l'a toujours prêché.
S'il crois tellement en ce qu'il dit sur l'avortement, pourquoi n'a t-il pas choisi de ce marier et d'avoir des enfants pour ainsi aller dans le sens de ce qu'il suppose?
Serait-ce son orientation qui lui aurait fait choisir ce chemin plus simple pour son époque, comme beaucoup de ces acolytes?
Quand ce terminera son goût du pouvoir, est-ce lorsqu'il sera devenu le Pape de cette Église?
Mgr Ouellet fait en sorte, par les gestes qu'il pause, de rendre son Église de moins en moins crédible dans notre société évoluée d'aujourd'hui.

Merci de m'avoir donné cette chance de m'exprimer.
Permalien 2010-05-18 13:53:30
Commentaire de: Martine Blais
Paul Tergeist! Vous n'avez pas eu de jeunesse? À moins que toutes les femmes et les hommes refuse de coucher avant d'avoir trouver la bonne personne ou qu'on trouve un moyens contraceptif pas trop de trouble, infaillible et réversible, la responsabilité des avortements concerne tout le monde!
Permalien 2010-05-18 14:14:58
Commentaire de: Linda Lee
@ Paul Tergeist

2 ou 3 cas de viols au Quebec par année, ou 2 ou 3 avortements par année dû à des viols vous vous demander ????

Que ce soit un ou l'autre le chiffre est beaucoooooooup plus gros que vous pensez.

Permalien 2010-05-18 14:31:11
Commentaire de: NoVa LoVe
Paul Tergeist, Steve Harvey-Fortin

Vous êtes réellement déconnectez de la réalité!!! Plus attardez que ça tu meurs... non mais franchement!!

Paul: Pour moi une femme qui ne veut pas de bébé elle n'a pas d'affaire à tomber enceinte.

iihhh wow bravo, qu'est-ce que tu fais des accidents? Un condom qui se perce ou s'enlève au mauvais moment!? Des maris qui battent leur femme et les viole?? Ah non ça n'existe surement pas, la contraception c'est juste une affaire de femme, tant pis si elle prend 60 livres à cause des pillules, et les condoms les hommes n'ont pas d'affaire à porter ça voyons, ç'pas pratique...!!

Paul: Pour ce qui est d'un viole,ceci arrive combien de fois par année au Quebec?
2 ou 3 ?!

WOW celle là j'en revient juste pas!!! Tu vis sur quelle planête encore?? C'est pas parce que tu n'en entend pas parler aux nouvelles que ça n'arrive pas!! Y doit bien avoir une femme par jour qui se fait violer sinon plus à travers tout le Québec, et ce, peu importe par qui!! Ah ben non, elles ont courut après évidemment!!!

Et a Steeve, fou nous la paix avec tes passages biblique!! Pour moi la Bible est un livre qui a été écrit par DES HOMMES et non pas par Dieu, donc laisse nous décidé de ce qui est vrai ou faux!!
Permalien 2010-05-18 15:02:24
Commentaire de: Line Laplante
Oufff, c'est tout qu'un débat le sujet de l'avortement.

Depuis que je suis maman, je ne peux lire ou entendre une histoire d'avortement sans verser une larme. Ça vient me toucher. Mais cela ne dit pas que je suis entièrement contre. Tout dépend du contexte.

Je ne sais pas si je serais capable de porter un enfant issue d'un viol. Même si je sais que cet enfant n'a rien demandé, je ne sais pas si j'aurais la force de le porter. Mais en même temps, le côté maternel pourrait bien prendre le dessus et peut-être que je pourrais décider de mener à terme la grossesse. De toute façon, on ne pourra jamais savoir de quelle façon on va réagir face à une telle situation, tant et aussi longtemps que nous la vivrons pas.

Par contre, celles qui tombent enceinte à tour de bras et qui se fait avorter souvent, ça, je ne l'accepte pas. Une fois, j'ai vue à la télé, une femme qui allait accoucher et elle racontait son histoire. Elle a dit qu'elle avait déjà avorter et pas juste une fois. Elle disait qu'elle n'était pas prête à ce moment pour avoir des enfants. Ça m'a révoltée. Si tu n'est pas prête, prends la pilule, prends un condom ou au pire, ferme toi les jambes, mais ne vient pas pleurer à la télé en nous racontons de telles choses.

Parfois, l'avortement est une solution trop facile et c'est ça qui dérange.
Permalien 2010-05-18 15:26:17
Commentaire de: Elyse Chagnon
A tous les pro-vies

Au lieu de dépenser temps et argent pour faire entendre vos jérémiades, faites donc quelque chose de constructif comme des réseaux de soutien au jeune mère. Ou d'aide au parent aux études, ou aux femmes victime qui décide de garder l'enfant ou autres choses. Moi j'en ai mare de vos pleurnicheries alors que vous ne faites rien en réalité.

Si vous vouliez vraiment "sauver ces bébés" vous bougeriez. Des mots sans actes c'est du vent. Et l'interdire l'avortement ne changerait rien.
Permalien 2010-05-18 16:22:10
Commentaire de: Thérèse Julien
Paul Tergeist... Je sais pas sur quelle planète vous vivez mon Paul mais dans la ville de Qc seulement, il y a eu, y a pas si longtemps, 10 viols par mois; ça mon Paul ce sont strictement ceux qui furent déclarés.

Plusieurs femmes ne déclarent pas les viols soit parce qu'elle sont très prêt du violeur ie.: père, frère, cousin, mari etc.

Dans notre société, ce n'est pas tout le monde qu'il est beau et tout le monde qu'il est gentil!!!...

SI un jour et j'en doute, un homme venait à porter un embryon qui deviendrait foetus en son sein alors, l'homme décidera pour lui-même d'ici là, les femmes n'ont pas besoin des hommes pour leur DICTER des choix qu'elles ont à faire.

Permalien 2010-05-18 16:35:05
Commentaire de: réal boissonneault
Sugestion:
Demander a Marois de faire un "Référendum" et pas un "homme" qui aurais le droit de vote.
Les femmes réglerais le problème entre eux et "fini" on en parle plus.
#2- Sortir une fois pour toute les Mgr. Ouellette de ce monde du dossier.
A bons entendeurs.
Salut
Permalien 2010-05-18 16:51:54
Commentaire de: Thérèse Julien
Malgré que je n'approuve pas l'avortement comme moyen de contraception il demeure que SEULE la femme doit décider du choix à faire, suite à sa maternité.

Le choix en lui-même est suffisamment difficile à faire pour une femme, celle-ci n'a certes pas besoin de PLUS de pressions et surtout pas par des groupes religieux...

SURTOUT PAS, les groupes religieux qui souvent EUX-MEMES, justifient des homicides.

Des religieux qui nous disent de "pardonner" les faiblesses de leurs confrères pédophiles ET d'autre part, SONT PRETS à criminaliser une femme pour un avortement ???...

Si c'est ça l'enseignement Chrétien alors merci, je repasserai la semaine des 4 jeudis...

Notre Église protègera ses pédos simplement en les envoyants dans d'autres Paroisses pour qu'ils puissent faire encore PLUS de dommages A PLUS D'ENFANTS.

Et oui mgr Ouellet, lisez votre Bible vous en avez grandement besoin!...

Permalien 2010-05-18 16:58:46
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
@ NoVa LoVe

En autant que je sache cher membre, j'ai le doit de manifester mon opinion comme tout autre membre que cela vous plaise ou non, je ne crois pas que ce blogue vous appartienne plus qu'à moi. En conséquence, je vous prierai de ménager vos commentaires désobligeant à mon endroit, mes commentaires se veulent constructif et édifiant et en phase avec la réalité des problèmes de la société, donc, il ne vous appartient pas de vous élever en juge des commentaires des autres sur ce blogue à se que je sache.

La Bible est peut-être démodé pour vous, mais il y a encore des gens sur cette terre qui croit encore à quelque chose que certain considère comme dépassé alors que leur comportement laisse entrevoir qu'ils sont eux-mêmes dépassé par les évènements.

Merci
Permalien 2010-05-18 17:47:31
Commentaire de: Ron _
"qu'est-ce que tu fais des accidents? Un condom qui se perce ou s'enlève au mauvais moment!?" -NoVa LoVe

Et toi, NoVa LoVe, le principe de quand tu joues avec le feu, tu risques de te brûler, tu connais ???

Et lorsque tu te brûles, la seule option possible devient l'avortement ? Accoucher, et prendre soin du rejeton, ça devient une responsabilité, et qui dit responsabilisation dit impossibilité ???

Pour reprendre tes propres paroles:

WOW celle là j'en revient juste pas!!! Tu vis sur quelle planête encore??
Permalien 2010-05-18 17:52:20
Commentaire de: nathalie mondat
rendu a cinq mois c'est pas mal avancer et si le curtage n'est pas fait avant et bien je me pose des questions sur le pourquoi si tardivement mais voila il n'y a pas que du noir et du blanc et je crois beaucoup en la sensibilité et l'intelligence des femmes en général la dessus...

Et si une femme poursuit une grossesse jusqu'a terme c'est carrément criminel de se droguer avec des drogues comme la cocaine et l'héroine parce que ce foetus va sans aucun espece de doute devenir un etre humain qui va lui bien etre obligé de vivre en assumant les séquelles et les choix de la mere..

Alors dans ce cas et bien il est criminel de masacrer un futur bébé meme si dans le corps de madame..

la nuance elle est la pour moi...

Permalien 2010-05-18 18:28:59
Commentaire de: Paul Tergeist
@ NoVa LoVe

Vous savez NoVa,ici sur la planète c'est le libre-arbitre,autrement dit que si tu le désires et tu le veux tu peux te faire avorter 60 fois,coucher avec plein de monde et même tuer d'autres personnes,rien ne te l'empêche,chaque'un tisse sa vie comme il l'entend.
Les lois en société ne peuvent jouer le rôle de la modération.
Mais les dix lois des écritures eux te portes un tres sage conseil pour le bien de ta vertûe et de ton existence.

Permalien 2010-05-18 20:02:14
Commentaire de: Martin Bolduc
Le seuil de viabilité est une approche intéressante. Toutefois, qui serait prêt à aller au bout de la logique ?
La médecine progresse de jour en jour et le seuil de viabilité est de plus en plus court. La science annonce la faisabilité prochaine de l’utérus artificiel. L'embryon sera un jour viable dès la fécondation…

Que penser de cela ?

Le seuil de viabilité laisse sous-entendre que le fœtus dispose d’une vie individuelle. C'est du moins ce qui est constaté puisqu'il peut vivre et se développer à l’extérieur du corps de la maman avec une assistance médicale.

Il reste à savoir quand le foetus devient un être humain. Sur ce point, la science n'apporte aucune preuve décisive. Le choix de notre société repose sur des bases philosophiques dont un des arguments principaux est la dépendance envers la vie de la maman. Mais de quelle façon considérer cet argument devant l'éventualité d'utérus artificiels ?

Voilà un raisonnement qui peut apparaitre extrémiste, mais qui n'est tout de même pas religieux et qui, il me semble, mérite réflexion.

En tout cas, avec une chance sur trois de ne pas s'en sortir, voilà une époque plutôt hasardeuse pour vivre dans un ventre !
Permalien 2010-05-18 21:15:07
Commentaire de: Sylvie St-Laurent
Je ne vois pas pourquoi on ramène toujours ce débat. Il n'y a pas d'avortement de pratiqué au Canada lorsque le foetus est viable. Les médecins n'en font pas. Henry Morgentaler n'en pratiquait pas n'ont plus. Si une femme décide de se faire avorter dans un autre pays après 23 semaines, ça regarde les lois de ce pays.

Il faut avoir du temps à perdre pour vouloir légiférer sur des actes qui n'ont jamais lieu.
Permalien 2010-05-18 21:16:34
Commentaire de: pierre tremblay
Je me dis que si la science est capable de sauver la vie des grands prématurés à moins de 30 semaines, alors c'est un être humain après 30 semaine.
Permalien 2010-05-18 21:17:58
Commentaire de: philippe mons
a Linda Lee

Savez vous combien d avortement il se fait par année au Québec, beaucoup plus que vous pensez, une place ou j ai de la misère, c est que l avortement devient une méthode de contraception.

Vous avez peut être le droit de contrôler votre corps, mais vous avez des responsabilités personnelles de prendre des moyens de contraceptions.

Désolé de péter votre bulle, mais l avortement n en n est pas un!!!

Le taux d avortement du a un viol, est PAS MAL MOINDRE de tout les avortements que ce font en une année au Québec madame, c est marginal dans le montant total d'avortement.
Permalien 2010-05-18 22:06:12
Commentaire de: Sylvie St-Laurent
Si on tient tant à protéger les foetus, qu'on commence donc par s'occuper de ceux qui sont désirés. La CSST s'obstine à ne pas vouloir accorder de retraits préventifs à des milliers de travailleuses enceintes malgré les recommandations des médecins. Il y en a d'autres qui se nourrissent mal le long de leur grossesse et qui ont besoin d'être soutenues.
Les ''Pro-Vie'' auraient de quoi s'occuper s'ils veulent se rendre utiles.

Permalien 2010-05-18 22:17:24
Commentaire de: Jeannot Vachon
On devrait établir une garantie relative au morceau qu’est le fœtus.

Le refus d’ouvrir quelque débat que ce soit sur l’avortement est malsain. Les lois sur l’avortement prévoyaient un moment où le fœtus commençait à ressembler à un bébé et au-delà duquel on criminalisait sa destruction. Or aujourd’hui, le bébé qui n’a pas encore vu le jour n’est qu’un morceau qui est la propriété de sa mère.

La vie qui l’habite n’a pas plus de protection que celle du homard qu’on place vivant dans l’eau bouillante sans se soucier de la torture qu’on lui fait subir. Mais une fois le cordon ombilical coupé, il devient la chose la plus précieuse au monde.

Mais pourquoi les féministes s’arrêtent-elles à considérer l’intérêt de la mère seulement avant l’accouchement? Pourquoi ne réclament-elles pas le droit de tuer l’enfant pendant les premiers mois de sa vie? Tous les arguments pour l’avortement auraient une équivalence avec un bébé naissant. Ce n’est qu’une fois la livraison qu’on peut vraiment en estimer la qualité. A-t-elle des défectuosités, une erreur quelconque dans la livraison? La situation financière ou affective de la mère s’est-elle détériorée?

Bref, la qualité de vie envisagée de la mère, dont on présume qu’elle a l’obligation de l’élever elle-même, risque-t-elle d’être affectée? Si oui, tuons la chose et, surtout, ne venez pas lancer la moindre allusion que sa vie ait plus d’importance que celle que la propriétaire veut bien lui donner, sous peine d’être soumis au jugement unanime de ceux qui ont une vision « moderne » de la maternité.
Permalien 2010-05-18 23:17:17
Commentaire de: lise1111 anonyme
Bonjour

Un mot sur la position du Cardinal Ouellet qui est bien mal placé pour parler d'avortement avec tout c'qu'on sait ,,,,, si , toutes les femmes qui ont été violées par des prêtres étaient aller porter le bébé à la communauté religieuse ,,, quel scandale pour la sacro sainte religion !!! J'ai été agressée à l'âge de 14 ans par un clerc St Viateur mais sans viol , mais si par malheur c'était arrivé je ne sais pas c'que j'aurais fait ! il y a 50 ans probablement qu'une faiseuse d'ange m'aurait délivrée de cette grossesse par viol !
Mais aujourd'hui il y a une alternative qui est l'avortement légal ! !
Mgr Ouellet ,ouvrez les yeux, regardez dans les communautés c.qui se passe et ensuite vous pourrez en parler avec plus de compassion pour les femmes violentées !
C'est mon opinion !


Permalien 2010-05-19 00:24:25
Commentaire de: Francis Lesbasbleus
La nature a doté la femme du pouvoir d'enfanter ET d'avorter si elle le juge nécessaire, elle.
Chez les humains, cela relève donc de l'instinct(la nature) et du raisonnement à la fois. Les raisons d'enfanter ou de ne pas enfanter peuvent s'avérer psychologiques, physiques, sociales ou matériels. Cet instinct et ce raisonnement sont là pour assurer que l'enfant naisse dans de bonnes conditions ET que la mère soit disposée à s'en bien occuper.
Chez les animaux, si la femelle n'est pas disposée, elle ne copulera pas. Si la copulation a lieu et qu'entre temps elle n'est plus disposée à mettre bas et n'a pu avorter, elle dévorera le nouveau-né ou l'abandonnera. Aucun mâle ne l'empêchera.
Chez les humains, les hommes n'ont pas à intervenir non plus, ni physiquement ni moralement, sauf pour lever les obstacles si la femme le souhaite et ensuite, il devra l'aider et l'accompagner pendant au moins vingt ans.
Tous autres comportements contraignants dans la décision de la femme sont des marques d'appropriation de son ventre et de domination masculine. Même les bêtes mâles ne se permettent pas ce genre de domination. Car en ce domaine c’est tout simplement contre nature. Ou religieux. Et souvenons-nous que toutes les religions, toutes sont dirigées par de hommes et toutes ont ravalé et ravalent encore et toujours la femme : mère ou putain.
Acceptons-donc une fois pour toutes ce pouvoir que la nature a donné aux femmes. Et pas à nous, ô homo erectus.
Il y aurait fort probablement moins de 45 mille enfants dans notre beau monde qui meurent de faim ou de soif avant l’âge de cinq ans, comme c’est le cas actuellement.
Non, les mères de ces enfants n’ont pas pu avoir de préservatifs ni n’ont pu avorter à trois semaines ou à six mois de grossesse, elles ne font que mourir de peine de voir leurs poupons crever à petit feu, entre une famine et une guerre ou une crise économique.
Bonne réflexion tout le monde et monsieur Martineau.
Permalien 2010-05-19 00:49:43
Commentaire de: Adrien Arcand
Quand un député tente de déposer un projet de loi pour baliser l'avortement le gouvernement se défile toujours parce que, c'est un sujet qui divise le parti et porte à controverse. Peu importe la balise qu'un parti politique tente d'imposer, cette loi fini toujours par être invalidée en Cour Suprême.

Il y aura toujours des fondamentalistes pour imposer aux femmes leur doctrine sur une tribune publique et les criminaliser alors que le plus haut tribunal du pays a décidé que SEULE la femme concernée peut prendre une décision en toute connaissance de cause et décider si elle voulait mener à terme sa grossesse. C'est leur corps après tout !!!

Mettez-vous ça dans la tête, dans TOUTES les circonstances, la vie d'une femme sera toujours plus précieuse que la vie du foetus.

C'est toujours plus facile de condamner les femmes et leur dire comment agir, ce qu'elles devraient penser et même ce quelle devrait faire de leur corps !

Qu'allez vous faire ? Emprisonner celles qui ne veulent pas mener à terme leur grossesse ? Pourquoi pas la lapidation un coup parti ?

Et après ça vient critiquer les fondamentalistes des autres religions !
Permalien 2010-05-19 06:48:50
Commentaire de: Sylvain Pelletier
"Parfois, l'avortement est une solution trop facile et c'est ça qui dérange." Line Laplante

Mais qui êtes-vous donc pour juger ces femmes comme vous le faites? De quelle force oculte vous êtes investie pour connaitre l'état d'esprit de chacune des femmes qui ont malheureusement recour à un arrêt de grossesse? Qui êtes-vous pour décider que c'est une solution facile que ces femmes ont prise? Qui êtes-vous pour décider qu'un fait anecdotique devient la règle? Qui êtes-vous pour vous substituer à la conscience de ces femmes? Qui êtes-vous pour vous substituer à la responsabilité de ces femmes qui sont et/ou qui seront des citoyennes productives et des mères aimantes.


@Steve Harvey-Fortin

Lâchez-nous les baskets avec votre dieu et votre ramassis de légendes anciennes écrites par des hommes il y a des siècles. Qu'elle prétention de vouloir vous substituer à votre dieu. Vous n'êtes ni la conscience ni l'ange gardien de ces femmes.
Permalien 2010-05-19 06:53:43
Commentaire de: Jean-Claude St-Yves
Nous vivons dans un pays libre. Aucune femme n'est obligée de devenir enceinte. Si elle n'est pas capable de voir à ses règles, et qu'elle devient enceinte par accident, pourquoi la société devrait payer 5,000$ pour que cette imprudente se débarrasse de son état? Qu'elle s'assume en toute liberté!

Je lui concède son droit de se faire avorter quoique je trouve cela immoral dans des conditions normales, mais en cas de viols ou de danger pour sa propre vie, je suis d'accord à ce que la société paie pour ces deux cas.

L'avortement n'est pas un moyen de contraception et encore, personne ne l'oblige à devenir enceinte. Elle a le droit de faire l'amour, mais dans des conditions selon qu'elle veut ou non enfanter.
Permalien 2010-05-19 07:13:02
Commentaire de: Annie Vachon
Cette question m'interpelle énormément. J'ai subi un avortement il y a quelques années, en tout début de grossesse, c'était un accident et je ne vois même pas comment j'aurais fait pour garder cet enfant. À ce moment, j'avais appelé la clinique d'avortement et j'avais pris un rendez-vous immédiatement. On m'avait informé que je devais avoir atteint au minimum 8 semaines de grossesse pour subir l'avortement. Vraiment je trouve ça très difficile comme décision alors devoir en plus attendre quelques semaines de plus rendait la décision encore plus difficile. J'ai un cœur et ce fœtus en avait un aussi car je l'ai vu lorsqu'ils ont fait l'échographie pour dater la grossesse. PÉNIBLE! Ce n'est pas un moyen de contraception, c'est ce qu'il faut s'enlever de la tête, car malheureusement, bien des femmes le voit ainsi. Lors de mon avortement, nous étions trois jeunes filles qui étions pour subir le même sort. Une des trois en était à son troisième avortement, bien que je peux comprendre qu'il arrive que la contraception fasse défaut (ce qui était mon cas), il y a certes de la négligence de la part de certaines. Une fois que l'intervention à été faite, je suis allée voir mon médecin et j'ai demandé de changer de contraceptif car jamais plus je ne voulais vivre cela.
Aujourd'hui, je suis enceinte de 20 semaines. C'est le plus beau sentiment qu'une femme puisse vivre dans sa vie! La vie en nous, c'est magnifique de voir cela à l'échographie, on le voit gigoter et vivre pleinement! Lorsque c'est désiré, c'est complètement autre chose. Les avortements tardifs se doivent d'être bannis! C'est insensé. J'ai déjà même entendu des gens dire que la femme s'était faite avorter car elle ne voulait pas un petit garçon par exemple! C'est quoi cette raison? Certaines banalisent le geste, c'est ce que je trouve déplorable. Je vis ma deuxième grossesse, mais je pense très souvent à l'enfant que j'aurais eu... Est-ce qu'il aurait été plus sage pour moi de le mettre au monde dans des conditions qui n'auraient pas été favorables pour lui? Je ne crois pas non, je suis convaincue d'avoir fait le bon choix pour lui et pour moi. L’avortement ne devrait pas se pratiquer après le premier trimestre.
Quand on entend l'Église catholique affirmer que l'avortement ne devrait pas non plus avoir lieu lors d'un viol, je suis outrée. Comment réussir à aimer un enfant qui est synonyme de douleur physique et psychologique? L'Église va engendrer une énorme révolte d'ici peu.
Permalien 2010-05-19 10:33:22
Commentaire de: Linda Lee
@ philippe mons

De quel bulle vous me parler ?????

je ne comprends pas ce que vous me dites !!!!!
Permalien 2010-05-19 12:28:53
Commentaire de: philippe mons
a Sylvain Pelletier

"Mais qui êtes-vous donc pour juger ces femmes comme vous le faites?"

Vous avez un SACRÉ toupet monsieur, pourquoi on en juge monsieur, car c'est nous qui tenons le carnet de chèque comme payeur de taxe pour payer certains avortements a cause d un manque FLAGRANT de responsabilités de la femme, de l homme ou des futurs parents.

J ai contre un avortement du a une mal formation ou une maladie, mais je peux vous dire que ces femmes qui se CLAQUENT les bretelles que c est leur droit de choisir, aucun problème avec ça, mais vous allez assumer votre droit de choisir en payant vous même votre avortement si c est simplement une question de gout ou un manque de contraception.

C' est pas a la société a payer pour les FAMEUX droits des femmes, t'es tombée enceinte, tu veux un avortement, pas de trouble, mais tu paye et tu t assume jusqu'au bout.

Écoeuré de payer pour des irresponsables!

Bien beau gueuler pour vos droits les femmes, mais il y a les responsabilités qui viennent avec.

L'avortement n'est pas un moyen de contraception mesdames!
Permalien 2010-05-19 13:07:35
Commentaire de: Sylvain Pelletier
@Philip Mons
Quel argument boiteux digne d'une chip mouillée...Il faudrait alors faire le même sermon aux obéses qui s'empiffrent, aux personnes atteintes de maladie cardiaque parce que leur alimentation est déficiente, aux fumeurs, à ceux qui ont été infecté par une bactérie ou un virus quelquonque parce qu'il ne s'est pas lavé les mains correctement, aux diabètiques parce qu'ils ne contrôlent par leur glycémie, aux accidentés de la route, aux accidentés de toutes sortes pour leur négligence, aux skieurs et aux cyclistes qui se pètent une jambe, aux piétons qui n'ont pas regardé de chaque côté de la rue, aux cancereux qui se sont mis n'importe quoi dans le corps, aux paraplégiques parce qu'il a plongé ou c'était interdit...la liste est longue mon cher dieu le père réincarné.
Je suppose que nous devrions VOUS consulter pour faire la liste de ceux qui ont droit à des services médicaux??? Je suppose que nous devrions VOUS demander de faire la liste des personnes qui sont assez responsable selon VOS critères???
Le BS corporatif coûte 6.4 milliards annuellement aux contribuables Québécois et vous ne semblez pas en faire de l'urticaire.
Combien un avortement clandestin qui tournerait mal coûterait à la société?
Combien il en coûterait à la société pour emprisonner les femmes qui ont malheureusement recour à un arrêt de grossesse? C'est 130000.00/an pour le séjour d'une femme en prison. Combien coûterait l'emprisonnement d'un médecin? On en a à profusion des médecins d'abords. Parce que contrairement à ce que vous pouvez prétendre, la prison n'est pas dissuasive.
Combien coûterait en frais sociaux de toute sorte, un enfant non désiré qui nait dans la pauvreté et la misère dans une famille qui ne veut pas de lui? Combien coûterait à la société un enfant qu'une mère pourrait donner en adoption? Pas mal plus que $350.00. Alors, gardez vos sermons et votre psycho-pop à 5 cennes pour vous. Vous n'êtes ni la conscience ni l'ange gardien de ces femmes et encore moins un gestionnaire. Ce que je percois c'est surtout votre idéologie que vous essayer de faire passer pour de la bonne gestion.

...et je réitère ma question, qui êtes-vous donc pour juger ces femmes???? Vous n'y avez pas répondu...
Que dites-vous des usines à bébés mis en place à $30000.00/couple??? Cet argent sort pourtant de vos poches...

@JC St-Yves
Le mensonge fait-il parti de vos valeurs de grenouille de bénitier? Un avortement thérapeutique coûte $350.00 et non $5000.00. Quand on a rien d'intelligent à dire, on évite de raconter n'importe quoi.

@Annie Vachon
Donc VOUS avez eu recour à un arrêt de grossesse parce que pour VOUS c'était indiqué mais pour les autres femmes, ça ne l'est pas. Je répète la même question, qui êtes-vous pour juger les autres femmes????
Permalien 2010-05-19 13:50:22
Commentaire de: Linda Lee
@ philippe mons

Pourquoi parlez vous des femmes tout le temps ????
Je connais un homme, Monsieur, UN homme qui à lui seul dans un temps de 4 ans à fait faire avorter 4 de ses blondes.
Avec ses belles paroles de belles vie à deux , ces 4 femmes l'ont écouter, par amour et promesse d'une belle vie à deux !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Que Dieu m'éclaire drette icitte si ce que je dis n'est pas vrai !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Permalien 2010-05-19 14:18:42
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
Comment expliquer qu'à partir du moment que le spermatozoïde de l'homme féconde l'ovule chez la femme que la cellule de l'ovule devient double et ensuite quadruple en se développant d'elle-même par une programmation automatique qui se transforme progressivement en un être humain ? La raison en est que l'ovule devient autonome et autodéterminant en commençant à grandir de lui-même, c'est qui revient en fait à dire que la cellule est vivante et se dévelloppe d'elle-même par une programmation préprogrammer par l'auteur de nos jours dont les scientifiques n'ont pas en core saisie le fonctionnement.

Permalien 2010-05-19 14:29:02
Commentaire de: Linda Lee
J,ai eu un arrêt de grossesse aussi et pas de gaieter de coeur. Un an plus tard je sentais le besoin de me confesser non pas d'un pêché car je ne crois pas au pêché, mais par besoin de partager cette peine avec un homme de Dieu. Bien que je ne sois pas pratiquante, je me suis rendu dans une église catholique et j'ai rencontrer ce prêtre et je me suis confesser non pas caché dans un confessional, mais en un face à face. Après lui avoir dit, il m'a dit : La vie nous envoies des épreuves qu'on ne peux pas toujours prendre. Il c'est lever du haut de ses 6.00 et m'a signer de la croix en me disant : Je te pardonne au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, il a ouvert les bras et m'a serrer comme si j'étais son enfant.

Cet homme est un VRAI !!!!!!! Il m'a consoler et soulager.

C'est ça le rôle d'un prêtre.

Permalien 2010-05-19 14:40:33
Commentaire de: Lisette Benoit
@Sylvain Pelletier: MERCI! merci pour vos propos. Il faut connaitre des femmes qui se font avorter tardivement pour comprendre que c'est parfois nécessaire.

J'ai entendu Doc Laberge qui faisait un lien entre les troubles de déficit d'attention et le nombre élevé d'avortement. Très interressant.
Permalien 2010-05-19 15:22:31
Commentaire de: edith gagnon
Entendu que la conception d'un enfant se fait À deux. Si la grossesse est non DÉSIRÉE d'un ou des deux partenaires, pourquoi la femme à elle-seule assumerait cette nouvelle responsabilité? EN SUS, elle porte la culpabilité d'avoir omis de se protéger? .. Dans la RELIGION , le mâle a toujours les mains blanches...même les violeurs....
Permalien 2010-05-19 15:47:21
Commentaire de: Sylvie Lemire
@ Sylvain Pelletier

Comme ca fait du bien d'entendre (ou de lire) la voix du GBS
(Gros Bon Sens).
Je vous approuve à 100%.
Je trouve que parfois, pour prouver leur points, les gens n'hésitent pas à tomber dans l'extrémisme le plus total et à affirmer des soi-disant vérités qui relevent de la pure ineptie!
À vouloir en mettre trop, on fini par se perdre.
Merci de remettre les montres à l'heure! :)
Permalien 2010-05-19 16:07:19
Commentaire de: Helene Noreau
Votre comparaison d'un foetus de cinq mois avec un bébé phoque est tellement démesurée. J'en suis stupéfaite. D'abord, le bébé phoque est né et pas encore en développement comme un foetus. Vous avez peut-être oublié en cours de rédaction après quelques lignes, mais votre sujet était l'avortement. Puis, même si vous dites qu'un foetus peut vivre en dehors du ventre de sa mère, oui, mais avec des artifices inventés par l'homme, branché...

Alors, svp, sortez des arguments plus intelligents.
Permalien 2010-05-19 16:48:07
Commentaire de: Suzanne Valiquette
Bonjour, Je n'ai rien contre l'avortement. Car ça appartient au choix de la femme, son corps et sa vie. Et personne n'a le droit de juger.
Ce que je pose comme question, est?
La religion catholique, est très forte, en parapsychologie, et sait très bien, que l'âme d'un enfant à naître, n'est pas au début de la grossesse de la femme!
Les religions qu'elles qu'elle soit, est juste une question je jugement, de contrôle, et de pouvoir.
Chaque homme et femme, ont le droit au nom de juste l'intégrété, le pouvoir de choisir, leur cheminement de vie, sans jugement de qui que ce soit, religion ou autre.
Chacun ont leur croyance, et leur choix de vie, et ç'est tout a fait droite, et honnête.
Ç'est assez les jugements gratuits!!!
Assumons-nous, complètement,et laissons faire, les moutons, qui disent n'importe quoi, au nom d'un dictateur, qu'elle qu'il soit
Permalien 2010-05-19 17:32:59
Commentaire de: Ron _
"La CSST s'obstine à ne pas vouloir accorder de retraits préventifs à des milliers de travailleuses enceintes malgré les recommandations des médecins" -Sylvie St-Laurent

Si ce que vous dites est vrai (je ne suis pas en mesure d'en juger), je suis très heureux de cette position de la CSST.

La CSST ne devrait même pas s'occuper de grossesses; la CSST doit voir à la santé et à la sécurité au travail. Une grossesse n'est pas du tout un risque inhérent à quelque travail que ce soit, mais plutôt une condition naturelle ET VOULUE !!!

Quant à moi, si une femme est enceinte, et que son boulot ne lui convient plus, elle devrait se trouver un autre boulot plus convenable, ou rester chez elle. La CSST n'a rien à voir là-dedans, car la grossesse n'est pas une condition médicale ni une blessure, et encore moins causée par l'employeur. Il s'agit d'une condition voulue et choisie par la travailleuse.

Chu donc tanné du monde accroché aux mamelles de la société à la moindre occasion !!!

Quels peuple de profiteurs, celui du québec social-médiocrate !!!
Permalien 2010-05-19 17:47:10
Commentaire de: Denis Boucher
Bon texte! Encore une fois, je crois bien que la meilleure solution se retrouve entre le 2 extrêmes. :o)
Permalien 2010-05-19 18:29:30
Commentaire de: Louane Lavoie
Félicitation au Cardinal Ouellet pour son courage de défendre une conception qu'elle soit au début ou à la fin. Posez-vous la question suivante: est-ce que le foetus à une âme? Demandez à Dieu si c'est correct l'avortement? Demandez à mère Thérésa. Le Cardinal va plus loin que le bout de son nez, il veut notre bien, il veut notre salut, car nous sommes sur la terre juste pour un passage. Je suis tannée de voir les Québécois rancunier avec le passé. Regardez en avant. Malgré les écarts de conduite de certains prêtres ou ceux qui ont abusé de leur pouvoir, ayez la foi de croire en Jésus. Il y a eu et il y a énormément de prêtres et de religieuses qui ont aidé leurs prochains. Et s'il y a des catastrophes, arrêtez de dire ou est le bon Dieu. Il est là et il nous observe. Il a créé la terre et nous les humains et il nous laisse libre. Et nous qu'est qu'on fait à notre prochain et à la terre, on la détruit. Avec mon cheminement spirituel, j'ai réalisé que ma vie de mère sur terre sera réussie si mes beaus 4 enfants ont la vie éternelle. Bonne soirée!
Permalien 2010-05-19 18:41:27
Commentaire de: Thérèse Julien
Sylvain Pelletier... Malgré que nos opinions diffèrent dans certains domaine, il demeure qu'à vous lire sur ce sujet, je suis fière de vous avoir dans mon camps.

GROS MERCI!
Permalien 2010-05-19 18:50:20
Commentaire de: Claude Stordeur
J'ai plusieurs questions sur le mélange religion, pro-vie, femme, homme célibataire religieux...

La première, ce Monseigneur, qui n'a jamais ressenti d'utérus en son corps peut il parler au nom des femmes?

Pourquoi c'est impossible de devenir prêtre quand on est femme?

Je me demande aussi pourquoi quand une femme fait une fausse couche, qu'un foetus sort de son corps, on ne fait pas d'enterrement, de service religieux si il est déjà quelqu'un?

L'autre question est pourquoi dans la religion catholique la femme en sexualité n'est qu'une porteuse d'utérus qui n'a rien à dire sur la façon dont les hommes s'en serve?
Permalien 2010-05-19 19:58:18
Commentaire de: Sophie Duguay
Pourquoi est-ce que les débats autour de l'avortement parlent majoritairement des femmes?

La femme qui a si bien joué avec le feu en osant avoir des relations sexuelles sans désir d'enfanter, elle n'a tout de même pas fait ça toute seule? Faudrait qu'elle se trouve un partenaire stérile peut-être?

Quand un père décide de renier sa paternité, ne serait-ce pas là un penchant masculin de l'avortement?

Oui, il existe plusieurs femmes pour qui l'avortement est une méthode de contraception. Je ne crois pas que de jouer avec la vie et la mort de cette manière soit éthiquement acceptable. Par contre, dans une autre majorité des cas, faudrait savoir les motivations des femmes qui en viennent à prendre une si grande décision.

Je suis mère de deux merveilleux enfants. Je ne me serais pas vu en "sacrifier" un. Mais mon contexte était idéal: enfants désirés et en parfaite santé, bonne situation familiale et financière.

Bref, pour résumé ma pensée, je ne crois pas que nous puissions juger sans avoir été un jour confronté à un événement si particulier. Et même si nous l'avions été...
Permalien 2010-05-19 20:49:46
Commentaire de: Dakien Nro
La question n’est pas “qui je tue”, mais bien “qui j’aime”

Nro
Permalien 2010-05-19 21:20:58
Commentaire de: luc cadorette
Salutations M.Martineau

Je suis plutôt pour le libre choix en ce qui a trait à l'avortement avec quelques nuances cependant. Au Québec, il y aurait bon an mal an entre 25,000 et 30,000 avortements. Quel pourcentage en moyenne de ces avortements résulte de viols ? De décisions de femmes ou de couples dues à une malformation du foetus ou de problème génétique comme la trisomie 21 ? Combien de femmes se font avorter pour la première fois, la deuxième fois, la troisième fois......? L'avortement demeure un droit dans notre société moderne mais celui-ci ne doit pas figurer comme moyen de contraception car avorter au sens proprement dit, c'est inévitablement faire une interférence à la vie.

C'est du cas par cas et il faut espérer que chaque femme au Québec qui décide d'avorter, soit conseillée, accompagnée d'une quelconque façon dans le respect conscient de l'acte à poser ou non car qui dit avortement dit aussi parfois possibilité de choc post-avortement.....
Permalien 2010-05-19 22:57:09
Commentaire de: Josette Lincourt
La grande majorité des commentaires laissés ici me sidère. Aux rares hommes qui ont un peu de bon sens, bravo! Aux prêchi-prêcheux, allez donc jouer dans la cour du cardinal Ouellet. Savez-vous combien de petits garçons se sont fait ... par certains de ses pareils? Savez-vous combien de filles ont été victimes non seulement de viol, mais d'inceste et qui n'en ont jamais parlé?
Je serais prête à parier que si on donnait un sérum de vérité aux 10 prochaines femmes rencontrées et qu'on leur demandait si elles avaient été violées au cours de leur vie - ou forcées de faire l'amour pour les poétiques autruches - qu'environ 8 sur 10 admettraient que oui (à moins d'avoir une "bette" que seule une mère pourrait aimer)!
Permalien 2010-05-19 23:49:11
Commentaire de: Line Laplante
@ Sylvain Pelletier

Quand je dis que l'avortement est parfois une solution trop facile, je parle surtout de celles qui ne font rien pour se protéger, tout en sachant qu'elles ne veulent pas d'enfants et que par la suite, elles se font avorter.

Je n'ai jamais penser,en écrivant cette phrase, à celles qui doivent le faire pour des raisons médicales. Je pense seulement à celles qui se font avorter comme ça, parce qu'elles décident que c'est pas le temps, ou bien qu'elles ont un sous-sol à refaire.

Celles qui ne désirent pas tomber enceinte savent quoi faire: protégez-vous.
Permalien 2010-05-20 07:27:58
Commentaire de: Michel edoin
Sans vouloir retourner en arriere pour ce qui est de l`accessibilité a l`avortement , on peut se poser des questions tres humaines pour ce qui est du nombre de semaines
de grossesse maximum pour etre avorté , un foetus de 18 semaines , ca commence drolement a ressembler a un humain , de plus , je pense qu`on se sert de l`avortement trop souvent comme moyen de contraception , je connais une femme qui a été avorté 3 fois en 5 ans et une autre qui s`est faite avortée parcqu`elle avait planifié un voyage en Europe...... on a beaucoup banalisé l`avortement , a écouter certaines personnes , c`est aussi banal que d`aller se faire plomber une dent , Tout en étant en désaccord avec le cardinal Ouellet , je pense que les propos de madame Somerville ont beaucoup de justesse et de logique . en terminant , ce cardinal fait du tort a son église pour tous ses propos sur beaucoup de sujets .
Permalien 2010-05-20 08:26:59
Commentaire de: Jean-Claude St-Yves
@ Sylvain Pelletier,

Si vous dites que je dis un mensonge sur le prix d'un avortement, peut-être que je me trompe, mais j'ai entendu déjà des responsables de la santé le dire. En fait ça peut coûter beaucoup plus cher à savoir sort le destin du feotus s'il avait survécu mais comme vous en faveur de son assassinat, c'est difficile à évaluer. Par contre si une de vos connaissance s'est fait avorter, c'est certain que vous le savez.

Pour les gernouillages de bénitiers, vous pouvez repasser, parce que vous en faites beaucoup plus que moi sur les blogues. Demeurez go-gauche ou dro-droite comme vous dites et initiez-vous! Laissez donc aux femmes le droit de décider de leur corps!
Permalien 2010-05-20 09:53:40
Commentaire de: edith gagnon
@..Louane Lavoie...Vous avez oublié le frère André!..Si le foetus a une âme comme vous dites, alors il est déjà au paradis. La religion recherche des martyrs (Jésus sur la croix)et seuls les malheureux iront au ciel etc..Ces petits anges n'auront jamais affaire à ces guides spirituels qui font de notre passage sur terre ..un enfer...
Permalien 2010-05-20 13:08:51
Commentaire de: pierre tremblay
Le Cardinal Ouellet culpabilise des femmes mal prises. Est ce qu'il a pensé à le jeune fille de 16 ans enceinte ? À celle qui a été victime d'un viol ?
À celle qui a pris de la drogue et qui se saoule à tous les jours ?
Permalien 2010-05-20 17:33:25
Commentaire de: Jean-Claude St-Yves
@ Sylvain Pelletier,

–Claude Paquin de la clinique Fémina, La Presse, 10 septembre 2004

Des 29 500 femmes qui ont subi un avortement l’année dernière au Québec, une trentaine ont dû se rendre au Kansas pour mettre un terme à leur grossesse – celle-ci étant trop avancée. Ces voyages organisés par l’État nous coûtent, à vous et à moi, entre 5 000 $ et 10 000 $ US à chaque fois. Une situation qui devrait bientôt changer, si on se fie à ce qu’on apprenait le mois dernier dans un excellent dossier de La Presse(1). Eh oui! Le « progressiste » gouvernement québécois va encore une fois faciliter l’accessibilité à l’avortement.

Alors M. Pelletier, on sort de sa tour d'ivoire?
Permalien 2010-05-20 23:36:09
Commentaire de: Thérèse Julien
Line Laplante... Le problème avec votre solution est, qu'en général à ma connaissance, TOUTE sexualité se fait à deux (à moins que ???? ...).

Alors, pourquoi faut-il que TOUTE LA RESPONSABILITÉ d'une maternité, en revienne toujours strictement à la femme comme si l'homme n'avait JAMAIS RIEN A VOIR avec une maternité ?

Puisque souvent, l'homme n'est intéressé qu'au sexe alors pourquoi ne serait-ce pas lui qui prendrait les 'précautions' en tout temps ?

Aaaaah! C'est vrai - c'est parce qu'en partie NOUS les femmes ie.: mères leurs enseignont toujours L'IRRESPONSABILITÉ n'est-ce pas ?



Permalien 2010-05-21 09:36:27
Commentaire de: Thérèse Julien
Pour faire plaisir à tous les 'pros-vie', pourquoi ne pas OBLIGER toutes les femmes enceintes, à avoir automatiquement, un test d'ADN pour déterminer la paternité de l'enfant à venir ?

Une fois la paternité déterminée, "l'heureux papa" devra CONTRIBUER automatiquement (déduction sur ses paies ou autres) à tous les coûts que suscitent une maternité et ses suites ?

Permalien 2010-05-21 09:41:51
Commentaire de: Thérèse Julien
Jean-Claude St-Yves... Il est certain que plus une maternité est avancée, PLUS LES RISQUES dans un avortement SONT GRANDS!

Toutefois, dans les coûts présentés dans l'article que vous proposez, je crois qu'on doit inclure les coûts du transport(avion etc.), la chirurgie et l'hospitalisation etc.

SEULEMENT, dans l'article daté de 2004 auquel vous faites référence, était-il mention dans cet article, DES RAISONS pour lesquelles ces dames ONT DU avorter ? SANS ce détail, on ne pourrait considérer cet article comme étant D'UNE VÉRITÉ ABSOLUE mais plutôt d'une 'partisannerie' et/ou peut-être d'un besoin de 'sensationalisme' ????

Je peus vous dire, en connaissance de cause, que j'ai connu au moins 2 femmes qui ont dû avorter à un stage avancé ET CE, POUR des raisons de santé. La décision avait été prise en accord avec les deux conjoints.

D'autre part, à moins que les choses aient vraiment changées, AVANT un avortement, il y a toujours des spécialistes pour s'assurer que la femme EST PSYCHOLOGIQUEMENT apte à l'avortement.

Alors, lorsque j'entends ces pseudos "experts", qui parlent de problèmes 'psychologique' suite à un avortement, permettez-moi d'en douter; si des femmes ont des 'remords de conscience' par la suite, C'EST en grande partie, LA FAUTE de gens qui ne cessent de les 'culpabiliser/traumatiser' ET CE, en grande partie, pour des raisons de croyance religieuse comme c'est le cas du Mgr Ouellet.

OR, à moins d'être une personne complètement 'irresponsable', je doute fort que les femmes "en général", autoriserait l'avortement d'une maternité avancée ou autre, JUSTE POUR LE PLAISIR (FUN)...



Permalien 2010-05-21 10:10:42
Commentaire de: Jean-Claude St-Yves
@ Thérèse Julien,

Bien sûr, les coûts que j'ai mentionnés comprennent les dépenses de séjours et sont nécessaires à ce que l'avortement ait lieu. Au Québec ça aurait coûté moins cher certainement. Mais faut payer tout ça, voyez ceux qui font des collections de fonds pour aller se faire traiter en Chine, en Russie où en Inde et qui doivent inclure les coûts de séjour et les voyages. Mais à 350$ c'est à peine le 1/6 d'un traitement de canal chez le dentiste! M. Pelletier doit avoir un téléporteur à la Star Treck. L'article dont je fais référence en est un à une solution pour alléger les listes d'attentes. (Une erreur venant de la Révolution Tranquile)

L'avortement est pratiqué pour bien des raisons, grossesse non désirée, raisons de santé de la femme, incompatibilité des gênes, viols et etc...

Pour ce qui sont des femmes qui regrettent elles ont leurs propres raisons et je ne les culpabilse pas, et surtout, je ne les juge pas car ça les regarde très intimement. Une amie de ma fille a regretté amèrement cette oprération quand elle voit ma fille avec ses deux enfants, alors qu'une autre voyant les frasques de son grand ado regrette de ne pas avoir eu recour à cette solution il y a 15 ans. La vie réserve bien des surprises, bonnes et mauvaises.

Vous allez dire que peut-être je me trompe, mais je me demande bien ce que l'homme vient faire dans cette affaire d'avortement, il est concerné, étant aussi responsable du résultat bien sûr, mais tout le gros du fardeau revient à la femme par la force des choses. Déjà qu'elle est assez accablée d'être enceinte, elle n'a nul besoin de se faire accabler d'avantage par les pratiquants de la conscience pro-ci et anti-ça. Des hommes comme le Cardinal Ouellet n'ont jamais été enceinte et ne savent pas un instant, l'ampleur d'une grossesse dans la vie d'une femme. Ses interventions venant d'un Moyen-Âge là où tout était libertineux, sont complètement déconnectés de notre réalité. À mon humble avis, l'Église dans toute son autoritanisme n'a pas à considérer le fait de la reproduction humaine car ce n'est pas une question de Foi, mais bien une question sociale dûement laïque.

Permalien 2010-05-21 11:25:59
Commentaire de: Thérèse Julien
Jean-Claude St-Yves... Pour ce qui est du coût de 350$ présenté par M. Pelletier, je crois et il peut me corriger, que ce coût serait, à mon avis, POUR un avortement pratiqué dans le premier trimestre d'une grossesse mais ce serait à vérifier.

Tandis, que le coût suggéré par l'article que vous avez présenté est en fonction d'une grossesse beaucoup plus avancée - c'est là qu'est toute la différence dans les $$$.
----------------

Dans le restant de votre commentaire, je suis assez d'accord avec vous.

Malgré que je réalise qu'il y a de plus en plus d'homme qui prennent leur 'responsabilité' en ce qui a trait aux enfants, je crois qu'il serait nécessaire qu'on enseigne la responsabilité sexuelle partout dans les écoles puisqu'il semble que, comme depuis longtemps, plusieurs parents ne semblent toujours pas "s'attarder" à cet enseignement envers leurs enfants.

Si cet enseignement se faisait, peut-être et je dis bien peut-être, qu'il y aurait moins d'avortements qui sait ?
Permalien 2010-05-21 12:06:47
Commentaire de: Jean-Claude St-Yves
@ Thérèse Julien,

Je suis parfaitement en accord avec vous sur le sujet de l'éducation sexuelle dans les écoles et les étudiants devraient être sanctionnés s'ils ne prennent pas l'affaire au sérieux. L'expérience que nous vivons actuellement au Québec l'impose et il y va de leur avenir d'adultes raisonnables et prudents dans leurs démarches.

Pour les hommes dans les cas de litiges avec les suites de la venue de progénitures, c'est vrai que les hommes prennent de plus en plus leurs responsabilités quoique le gouvernement y a vu dans la façon de voir à ce que les allocations alimentires soient dûement respecter comme le bon sens l'exige aux cas de non-cohabitation. Mais il y a parmi ces hommes certains qui sont de bonne Foi et n'ont pas besoin des lois pour participer à l'émencipation de sa relation avec la femme concernée. Comme vous le dites, un bon climat dans un couple peut certainement éviter des avortements.
Permalien 2010-05-21 12:31:07
Commentaire de: Line Laplante
Thérèse Julien @ Line Laplante:

Line Laplante... Le problème avec votre solution est, qu'en général à ma connaissance, TOUTE sexualité se fait à deux (à moins que ???? ...).

Alors, pourquoi faut-il que TOUTE LA RESPONSABILITÉ d'une maternité, en revienne toujours strictement à la femme comme si l'homme n'avait JAMAIS RIEN A VOIR avec une maternité ?

Puisque souvent, l'homme n'est intéressé qu'au sexe alors pourquoi ne serait-ce pas lui qui prendrait les 'précautions' en tout temps ?

Line Laplante @ Thérèse Julien

Certes, la maternité met aussi en cause l'homme avec qui la femme a eu des rapports sexuelles, mais si la femme sait qu'elle ne veut pas d'enfants, elle n'a qu'à se protéger, autant au niveau de la pilule ou du condom. C'est elle qui portera cet enfant et non l'homme. Même si l'homme à une responsabilité dans la grossesse d'une femme, c'est à la femme, pour celle qui ne veut pas de bébé, à décider d'une protection, qu'elle qu'elle soit.
Permalien 2010-05-21 14:23:18
Commentaire de: Thérèse Julien
Line Laplante... P.V.I., la pillule ou le condom ne sont absolument pas à l'épreuve de toute grossesse.

Vous dites que c'est à la femme qui ne veut pas de bébé à décider d'une protection. Personnellement, contrairement à vous, je crois pas que SEULE la femme doit porter tout le fardeau de la responsabilité. TROP FACILE et encore une fois, c'est d'enlever TOUTE responsabilité à l'homme tout comme s'il n'avait AUCUNE responsabilité dans une grossesse.

On sait tous que dans le coeur de l'action, il est pas toujours facile de penser qu'une grossesse "indésirée" est toujours possible.

Comme je mentionnais à un autre intervenant plus haut, je persiste à croire que, pour éviter des grossesses indésirée, l'enseignement de la sexualité "responsable" devrait-être "obligatoire" dans les écoles puisque, semble-t-il, plusieurs parents ont toujours peur ou se sente toujours très inconfortable, comme dans le vieux temps, à aborder ouvertement le sujet de la sexualité avec leur progéniture; il semble même qu'aujourd'hui, plusieurs parents croient que les enfants "connaissent tout" sur la sexualité - ce qui est, comme dans l'vieux temps, tout aussi faux.

Ce n'est certes pas, à mon avis, par la culpabilisation d'un partenaire PLUS que de l'autre, qu'on enseigne la responsabilisation.

L'enseignement d'une sexualité responsable, est peut-être la meilleure façon, pour les garçons comme pour les filles, d'éviter des grossesses non désirées et ainsi, prévenir des avortements potentiels.

Ce n'est certes pas avec des films "cochons" qu'on apprend ce que c'est que la sexualité; ces films n'enseignent que "certains" plaisirs.

Permalien 2010-05-21 16:30:34
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
Les catholiques et l'avortement

Presque dix ans se sont écoulés depuis le référendum sur l'avortement organisé en Italie et qui avait vu la défaite de l'Église catholique. Cependant, dans un document récemment publié par les évèques italiens, la hiérarchie catholique signale de nouveau que "le refus de pratiquer l'avortement ou même simplement d'y participer est une obligation morale importante, fondée sur la loi écrite dans le coeur de tout homme et confirmée par l'Église, dont la légalisation punit d'excommunication les chrétiens qui pratiquent l'avortement ou qui y participent".

Que pensent les italiens de l'avortement ? Un sondage effectué récemment sur 2040 personness révèle qu'à l'inverse de ce que commande l'Église les italiens approuvent l'avortement dans quatre cas. 1) Lorsque la grossesse met la vie de la mère en danger, 83% des personnes interrogées sont favorables à l'avortement. 2) Lorsqu'il y a un risque de malformation, 76,3% sont d'accord pour mettre fin à la grossesse. 3) Lorsque la santé de la femme est menacée, 71,1% sont pour l'avortement. 4) Lorsque la grossesse est le résultat d'un viol, 52,2% pensent que l'avortement devrait être autorisé. Plus d'un italien sur quatre est favorable à l'avortement "si la femme le souhaite, et ce qu'elle que soit sa position". On estime que 300 000 avortements légaux ou illégaux sont pratiqués en Italie chaque année.

Il apparaît clairement que dans ces questions personnelles la hiérarchie catholique n'a pas réussi à donner à ses fidèles l'instruction biblique nécessaire qui lui aurait permis de se faire obéir. Les vrais chrétiens, quant à eux, ont appris ce que les Écritures disent sur cette question capitale. Par respect pour les exigences morales élevées de la Bible, ils ne pratiquent l'avortement dans aucun cas des quatre cas évoqués plus haut.

À la lumière de ces faits, on peut en conclure que l'avortement est une question de moralité qui découle des principes justes de la vie en accord avec la volonté divine et des Saintes Écritures, et il est faux de prétendre que ce n'est qu'une question d'ordre d'éthique sociale dû a la conscience personnelle des gens. Bref, peu importe les conséquences de l'avortement, cela reste un déni de respect face à la vie qui est considéré comme sacré par les différentes autorités religieuses dont les gens se permettent de faire fit dans la mesure que cela leur permet de se déresponsabilisé.

Permalien 2010-05-22 11:49:42
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
Ces religions détiennent-elles la réponse ?

Face au dilemme de l'avortement, beaucoup recherchent la direction de leurs chefs spirituels. Qu'est-ce que ceux-ci ont à leur répondre ?

L'Église catholique est fermement opposée à l'avortement; la vie commence dès le la conception, enseigne-t-elle. Certains prêtres engagés prient le pape d'excommunier les hommes politiques qui votent en faveur de l'avortement. Reste que beaucoup de catholiques sont pour l'avortement et en réclament la libéralisation.

L'Église presbytérienne (États-Unis) rapporte que, pour 46% des pasteurs, "la Bible n'enseigne pas que l'avortement est condamnable". La position officielle de l'Église est favorable à l'avortement.

Le 16ième synode général de l'Église unifiée du Christ a décidé que c'est 'défendre les droits de l'homme et de la femme que de disposer de services de planification familiale adaptés et de conserver l'avortement légal comme option'.

Pour l'Église luthérienne évangélique, l'avortement "ne devrait être envisagé qu'en dernier recours"; mais elle a refusé de parler de "péché" ou de dire que "la vie commence dès la conception".

L'Assemblée baptiste du Sud est radicalement opposé à l'avortement. Toutefois, l'Église baptiste américaine a déclaré: "Nous sommes divisés quant è la position elle-même de l'Église sur la question de l'avortement. Par conséquent, nous reconnaissons à chacun la liberté de défendre une ligne de conduite qui réflète ses croyances."

Le judaïsme est, lui aussi, divisé. La branche orthodoxe adopte une position largement hostile, tandis que les judaïsmes réformé et conservateur se prononcent en grande majorité pour l'avortement.

L'islam autorise l'avortement pour quelque motif que ce se soit au cours des 40 premiers jours. Passé ce délai, il faut qu'il y ait menace sur la vie de la mère. Selon le hadith, le foetus se présente pendant "40 jours sous la forme d'une graine, puis c'est un caillot de sang pendant une période égale, puis un morceau de chair pendant une période égale, puis lui est envoyé l'ange qui insuffle le souffle de vie en lui".

Le shintoïsme n'a pas de position officielle sur la question; il laisse à chacun le soin de décider.

Les hindous, les bouddhistes et les sikhs enseignent le rspect de la vie en général. Mais ils ne se mêlent pas au débat sur l'avortement, car ils croient en la réincarnation; l'avortement revient simplement à transferer la vie de l'enfant.

Bref, à la lumière de ces fait, on peut constater que c'est la relogion catholique qui détient la palme de l'excellence en ce qui concerne le caractère sacré de la vie sous la forme d'un embryon dès la conception. En ce qui me concerne, je tiens personnellement la religion catholique comme une hérésie, mais là, je dois leur levé mon chapeau très haut puisqu'il reconnaissent le fondement du caractère essentiel de la vie par la procréation qui est un don du créateur et dont ils tiennent pour sacré.

Permalien 2010-05-22 12:16:44
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
Position sur l'avortement

Une centaine de membres de l'Académie française, émus par la banalisation de l'avortement, ont publié un communiqué dans lequel ils déclarent que "la loi a été faussée dans son application et qu'elle s'est révélée néfaste dans ses effets. Dans des cas très nombreux, les entretiens préalables ont été éludés. La cause de détresse, seule prévue par la loi, l'a fréquemment cédé au simple motif de convenance. Ainsi l'avortement, qui devait 'rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue', selon les déclarations du ministre de la santé de l'époque, a-t-il été banalisé, tendant à devenir un procédé normal, sinon moral, de régularisation des naissances. Au surplus, les avortements clandestins n'ont nullement disparu, alors que les avortements légaux augmenataient. Il paraît donc hors de doute que la loi a contribué à élargir le laxisme des moeurs et à agraver la dénatalité". La fédération protestante de France considère quant à elle que "l'avortement est un acte qui ne saurait être banalisé et nécessite donc des structures d'accueil et d'accompagnement qui permette à la femme un choix responsable et libre". Cette position "modérée" ne fait pas l'unanimité de tous les protestants. Ainsi, le doyen de la faculté libre de théologie réformée d'Aix-en-Provence affirme. "L'avortement est un meutre; pour le bien de la cité, de la famille et de tout homme et de toute femme, l'Église a le devoir de le rappeler." Quant au Grand Rabbin, qui dirige le séminaire israélite de France, il dit: "LaLoi juive ne condamne pas quelqu'un qui aurait avorté ou aidé un avortement. C'est une affaire entre lui et Dieu. La mère ne peut se référer qu'à sa propre conscience." Le Grand Rabbin précise: "Le rôle du rabbin est de conseiller la future mère, en essayant de la persuader de garder son enfant; il n,a pas le droit de formuler de jugement."

Il sembelrait que l'académie française est mis le doigt sur le bobo en ce qui concerne l'avortement corporatif de la nation à s'autodétermener comme il situation normale de par la loi qui excuse le droit pour la bienséance du peuple.

Permalien 2010-05-22 12:37:30
Commentaire de: Steve Harvey-Fortin
L'avortement: qui a raison ?

Deux grands spécialistes vous disent que votre enfant n'a qu'une chance sur mille de survivre. S'il naît vivant, il aura de graves malformations et risque de mourir quelques jours plus tard. Que décidez-vous? De tenter le tout pout le tout ? Ou de vous faire avorter ?

Situation fort improbable, pensez-vous peut-être. Certes, mais qui peut se produire, comme ce fut la cas à Londres. Fort heureusement, le personnel hospitalier a soutenu les parents dans leur décision de na pas interrompre la grossesse. "A aucun moment on ne nous a dit que nous devrions accepter l'avortement", explique le père. Ce couple a maintenant un fils, qui est né sans la moindre malformation physique.

"Évidemment, cela nous réjouit", a déclaré l'un des médecins de l'hopital. Puis il a ajouté: "La difficulté, c'est qu'en biologie rien n'est sûr à cent pour cent." Effectivement; néanmoins, l'erreur d'un médecin (ou de parents) n'est que l'un des aspects du dilemme que l'avortement pose de nos jours.

Du pour et du contre

Les arguments médicaux et éthiques avancés pour ou contre l'avortement déchaînent les passions. Dans les deux camps, des groupes de pressions élèvent des voix sincèrent auxquelles il convient de prêter une oreille attentive et compréhensive. Le débat est souvent acerbe. Qui a raison ?

À l'évidence, les parents mentionnés plus hauts ont pris la bonne décision. Mais si le diagnostic des médecins avait été exact ? Dans ce cas, l'avortement aurait-il été justfié ?

S'il vous paraît difficile, voire impossible, de répondre à cette question, sachez que vous n'êtes pas le seul.

Il apparaît donc par ce témoignage qu'il n'appartient pas aux gouvernements de légiférer sur une question aussi importante que l'avortement car peu importe les lois en vigueurs, ils seront détournés par les gens qui voudrons se faire avorter. Bref, même s'il y a des principes directeurs morales en matière de moralité qui sont accordés par des autorités spirituelles, il n'en demeure pas moins que les gens voudront faire selon leur conscience qui les excusera ou qui les accusera.

Permalien 2010-05-22 12:59:50
Commentaire de: Alexandra Dionne
@ Ron_

""La CSST s'obstine à ne pas vouloir accorder de retraits préventifs à des milliers de travailleuses enceintes malgré les recommandations des médecins" -Sylvie St-Laurent

Si ce que vous dites est vrai (je ne suis pas en mesure d'en juger), je suis très heureux de cette position de la CSST.

La CSST ne devrait même pas s'occuper de grossesses; la CSST doit voir à la santé et à la sécurité au travail. Une grossesse n'est pas du tout un risque inhérent à quelque travail que ce soit, mais plutôt une condition naturelle ET VOULUE !!!

Quant à moi, si une femme est enceinte, et que son boulot ne lui convient plus, elle devrait se trouver un autre boulot plus convenable, ou rester chez elle. La CSST n'a rien à voir là-dedans, car la grossesse n'est pas une condition médicale ni une blessure, et encore moins causée par l'employeur. Il s'agit d'une condition voulue et choisie par la travailleuse.

Chu donc tanné du monde accroché aux mamelles de la société à la moindre occasion !!! "

Mais qu'est-ce que vous me racontez la? La CSST veille à la santé et la sécurité au travail... JUSTEMENT! De plus en plus de femmes font carrière dans un domaine autrefois strictement masculin... je pense entre autres au domaine de la construction, aux policiers, aux pompiers, etc. Je vois très mal une femme enceinte soulever une pile de 2x4, courir après un suspect armé ou entrer dans un édifice en feu... et vous?! D'où le RETRAIT PRÉVENTIF, pour la sécurité de la mère ET du foetus. Que proposez-vous... qu'elles restent chez elles sans revenus et acueillent un nouveau-né dans une situation précaire? Ou si on vous écoute, toutes les femmes travaillant dans ces milieux devrait se faire interdire le droit d'enfanter?!

Ce sont les gens qui comme vous qui sont les plus nuisibles aux autres, et non ceux qui "profitent" des bienfaits démocratiques de la société moderne, dont les femmes enceintes avec la CSST!! Votre discours régrèssif et mysogyne est une HONTE absolue.
Permalien 2010-05-23 12:50:56
Commentaire de: Gilles Masson
Je croyais que ce débat était terminé.....
Il est temps de passer aux choses sérieuses!
Nous devons absolument protéger la vie des bébés phoques!
Permalien 2010-05-27 21:59:48

Laisser un commentaire:

Vous désirez réagir à cet article?
au Passeport Canoë pour laisser un commentaire.