11 Août 2010

Permalink 07:40 am, Richard Martineau / Franc-parler, 260 mots  

Plus gros, je ne vois rien

Il y a trois ans, ma vue a commencé à faiblir. Je voyais très bien de près, mais mal de loin.

Sur la route, ça devenait un problème. Je plissais des yeux, avais de la difficulté à lire les panneaux…

Ai-je demandé au gouvernement de grossir les panneaux routiers pour m’accommoder ?

Non. J’ai acheté des lunettes.


L’ÉTAT EST LÀ

Ça tombe sous le sens : tu as de la difficulté à lire les panneaux de signalisation quand tu conduis ? Tu vas chez l’optométriste.

Mais c’est oublier que nous vivons au Québec.

Ici, les individus n’ont pas à prendre leurs responsabilités. L’État le fait pour eux.

Pourquoi t’acheter des verres de contact quand l’État peut changer les panneaux de signalisation ?

« Il faut grossir les indications sur les panneaux car la population vieillit », nous dit-on.

C’est quoi, la suite ?

Obliger les comédiens de théâtre à crier plus fort ? Établir un quota de manger mou dans les restos ? Subventionner la culture du Postum ?

« Ne vous demandez pas ce que l’État peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour l’État », disait Kennedy.

Ça paraît qu’il ne vivait pas au Québec…

Ici, s’il y a un tapon qui se brûle après s’être mis la tête dans un four micro-ondes, le gouvernement va passer une loi obligeant tous les fabricants de fours micro-ondes à installer un dispositif spécial empêchant les tapons de se mettre la tête dans leurs appareils !



Commentaires:

Cet article n'a pas de commentaires pour le moment...

Laisser un commentaire:

Vous désirez réagir à cet article?
au Passeport Canoë pour laisser un commentaire.