27 Janvier 2011

Permalink 07:07 am, Richard Martineau / Franc-parler, 256 mots  

Sacro-sainte laïcité?

Hier, dans une lettre ouverte publiée dans La Presse, Benoît Pelletier, titulaire à la faculté de droit de l’Université d’Ottawa, critiquait les gens qui ont appuyé la décision des responsables de l’Assemblée Nationale ne pas permettre à quatre membres de la communauté sikhe d’entrer dans la bâtisse avec leur kirpan.

« Je crains que si l’on interdit aux employés de l’État de porter des signes religieux, écrit-il, on éloigne encore plus de la fonction publique québécoise les membres de certaines communautés culturelles qui y sont déjà sous-représentées… »

Une question, monsieur le professeur : pourquoi le fardeau de l’intégration reposerait-il entièrement sur les épaules de l’État ?

Ce n’est pas à l’État de se plier aux exigences de l’immigrant. C’est à l’immigrant de se plier aux demandes de l’État !


UN DISCOURS INFANTILE

Se pourrait-il que si certaines communautés culturelles sont sous-représentées dans la fonction publique québécoise, c’est parce que plusieurs membres de ces communautés refusent de se plier aux règles qui ont cours dans la fonction publique ?

Ce n’est pas à l’État d’accepter le voile, c’est aux femmes voilées de l’enlever !

Ce n’est pas un service à rendre aux nouveaux arrivants que de leur dire qu’ils ne sont aucunement responsables du succès (ou de l’échec) de leur intégration.

C’est les infantiliser.

Et les condamner à demeurer dans la marge…



Commentaires:

Cet article n'a pas de commentaires pour le moment...

Laisser un commentaire:

Vous désirez réagir à cet article?
au Passeport Canoë pour laisser un commentaire.