31 Octobre 2011

Permalink 06:28 am, Richard Martineau / Franc-parler, 363 mots  

Un cas de psychiatrie

Décidément, je ne comprends plus rien.

Un jour, vous pulvérisez Gilles Duceppe et son parti.

Le lendemain, vous le voulez à la tête de la province.

Coudonc, prenez-vous de la drogue, ou quoi ?


REPARTIR À ZÉRO

Je commence à comprendre pourquoi Lucien Bouchard a décidé de tout abandonner pour aller gagner sa vie comme avocat.

Il en avait ras le bol des sautes d’humeur de la population québécoise.

« Continuez de changer constamment d’idées et d’appuyer tout et son contraire, moi, je débarque et je vais aller faire de l’argent », s’est-il dit, découragé de voir les électeurs qui avaient voté pour un parti souverainiste au provincial appuyer la loi sur la clarté du PLC.

C’est comme si on repartait à zéro chaque fois qu’on votait. Il n’y a aucun lien entre nos décisions, aucune stratégie, aucun fil conducteur, rien.

Un coup, on va à gauche, l’autre coup, on va à droite, on avance, on recule, Layton au fédéral, Legault au provincial, on débarque Duceppe, on le remet à la tête du PQ, et hop, on ferme les yeux et on pige un nom au hasard.


AUCUNE LOGIQUE

À moins que ça ne soit justement ça, la stratégie…

« Duceppe ne veut pas faire le saut au PQ ? On va s’arranger pour qu’il n’ait pas le choix. On va détruire le Bloc, on va voter contre lui dans son propre comté, et il devra aller se réfugier sous la tente péquiste… »

Et même si le raisonnement de l’électorat québécois était aussi tordu, aussi machiavélique… Comment peut-on en quelques jours passer de Legault, qui porte à droite, à Duceppe, qui est plus à gauche que le NPD ?

Et comment peut-on voter pour un parti souverainiste alors que nous n’avons jamais été si peu intéressés par la souveraineté ?

Elle est où, la logique ?

Non seulement je ne comprends plus rien aux sautes d’humeur des Québécois, mais ça ne me tente même plus d’essayer de comprendre.

Trop compliqué.

Je laisse ça aux psychanalystes…



Permalink 06:27 am, Richard Martineau / Franc-parler, 207 mots  

L'embryon, un être humain?

Le 8 novembre, les électeurs du Mississippi devront se prononcer sur un texte de loi accordant le statut d’être humain à tout embryon, et ce, dès le moment de la conception.

Si cet amendement est accepté, l’avortement deviendra illégal dans cet État, y compris dans les cas de viol et d’inceste. On interdira aussi la pilule du lendemain et l’utilisation du stérilet (un moyen de contraception qui empêche l’œuf fécondé de se fixer sur l’utérus).

Ce qui est particulier, dans toute cette histoire, est que le même jour, les électeurs du Mississippi devront se choisir un nouveau gouverneur. Or, l’amendement sur la loi sur l’avortement a reçu l’appui du candidat républicain ET celui du candidat démocrate !


DE GROSSES QUESTIONS

J’imagine que les Conservateurs vont regarder ce qui passe là-bas de très près…

Mais comme l’a demandé un journaliste du webzine Slate : si l’embryon est considéré comme un être humain à part entière dès le moment de la conception, cela veut-il dire que les citoyens du Mississippi pourront voter à 17 ans et 3 mois ?

Et quel sera l’impact sur les signes astrologiques ?

Dilemme, dilemme…