1er Mars 2012

Permalink 07:08 am, Richard Martineau / Franc-parler, 173 mots  

La femme indigne (2)

Ma chronique sur la campagne d’intimidation dont est victime Djemila Benhabib a suscité plusieurs commentaires sur Facebook, hier.

Hamid Benidir (qui, sur sa page Facebook, publie une photo d’un homme voilé brandissant une carabine semi-automatique devant le drapeau algérien) écrit :

« Les ancêtres des Québécois sont des bagnards qui ont violé des amérindiennes et abusé des chevreuils puis on leur a envoyé les "filles du roi" qui sont des prostituées dont on ne voulait plus à Paris. Dire qu’aujourd'hui, le résultat de cet accouplement nous parle de valeurs! LOL ! »

Lia Sara D : « Les gens sont vraiment méchants, ils sont contre les immigrants ! »

(N’importe quoi : Djemila prend JUSTEMENT la défense des immigrants contre les fondamentalistes qui instrumentalisent leur culture et leur religion !)

Zeinab El : « Djemila Benhabib n’est qu'une propagandiste qui organise une campagne de salissage contre la communauté musulmane. »

Quand la communauté musulmane modérée va-t-elle CRITIQUER les radicaux qui parlent en son nom, au lieu de TOUJOURS crier au racisme ?



Permalink 07:07 am, Richard Martineau / Franc-parler, 399 mots  

Allez, dégagez!

La vieillesse est un naufrage, disait De Gaulle.

Si c’est vrai, alors la vieillesse au Québec est une noyade.

Plus on en apprend sur la façon dont on traite les personnes âgées dans notre belle province, moins on a le goût de vieillir et plus on se dit que le suicide assisté est peut-être une alternative intéressante, pour ne pas dire une bouée de sauvetage.


HERE AND NOW

Bain une fois par semaine, nourriture terne et peu appétissante, inspection des lieux déficiente (65 CHSLD inspectés par année sur un total de 468), manque de personnel, manque d’inspecteurs, manque de ressources, manque de respect…

C’est comme ça qu’on traite les gens qui nous ont précédés ?

Remarquez, ce n’est pas très surprenant. Quand on voit le manque d’intérêt dont nous faisons preuve envers tout ce qui représente l’histoire, le patrimoine et les traditions, on se dit que cet abandon est dans l’ordre naturel des choses.

Le seul truc qui nous intéresse c’est le présent.

Le passé, on s’en fout, et l’avenir est trop abstrait pour qu’on le prépare.

Quoi, on est dans le rouge jusqu’au cou ? Nos enfants vont crouler sous la dette astronomique que nous pelletons dans leur cour et nos parents vont passer leurs dernières années dans des mouroirs ?

Bof.
Fuck nos ancêtres et fuck nos descendants.

« I want it all, and I want it now. »

Et en anglais, en plus, parce que ça va me permettre de faire plus d’argent.


UN BOULET

On a parfois l’impression qu’on fait tout pour que les vieux débarrassent le plancher plus rapidement.

Allez, crevez, et place à la jeunesse !

Les enfants, c’est important, il faut les chouchouter, ce sont de futurs contribuables qui vont payer des taxes et des impôts pendant 60 ans, alors que les vieux nous coûtent plus que ce qu’ils rapportent, ils sont toujours malades, un bobo ici, une plaie là, ils n’achètent rien, ne dépensent pas, sauf de la colle à dentiers de temps en temps, quel boulet.

« Je me souviens », a-t-on écrit sur nos plaques.

Seule une société souffrant d’Alzheimer collectif ressent le besoin d’inscrire un tel slogan sur ses autos…



29 Février 2012

Permalink 13:46 pm, Richard Martineau / Franc-parler, 3 mots  

Ça nous fait une belle jambe

Permalink 06:58 am, Richard Martineau / Franc-parler, 594 mots  

La femme indigne

Les détracteurs de Djemila Benhabib (l’auteure de Ma vie à contre Coran et Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident) l’accusent d’exagérer la menace islamiste.

La dame aime la publicité et s’invente des ennemis pour mieux pouvoir les combattre, disent-ils.

Ah oui ?

Vous devriez lire les commentaires qu’elle reçoit sur son blogue du Journal de Montréal.


BRITNEY OU JENNIFER

En voici quelques-uns :

« Vous allez être attaquée en justice pour vos propos. Better be ready. »

« Cette Djamila est une ratée, elle veut être célèbre en s’attaquant à l’Islam, comme l’ont fait ses prédécesseurs, Salman Rushdie et autres. Mais elle n’ira pas loin, parce que les putes de son genre finissent par être jetées aux ordures. »

« Madame Benhabib, une Algérienne, une arabe, de père musulman, nous fait honte. Je vous suggère de changer votre prénom qui vous fait passer pour une musulmane arabe. Vous devriez vous appeler plutôt Marylin, Jennifer, Britney ou Samantha. Ces prénoms vous conviennent très (très) bien.

« Je pense que tu as un gros problème psychologique ou tu es complexée d’être une arabe. C’est grave ce que tu dis à propos de notre prophète, que le Grand Dieu de pardonne ! »


DES FEMMES DÉGOÛTANTES

Attachez votre tuque avec de la broche, en voici d’autres :

« À propos du hijab, la femme qui le porte est toujours respectée, contrairement à ce qu’on voit partout, les femmes à moitié nues, dégoûtantes. Moi, je n’ai jamais porté le voile dans mon pays, ça fait maintenant six ans que je le porte et c’est une fierté pour moi ! Je regrette de ne pas l’avoir mis plus tôt ! »

« Quand je portais des vêtements normaux, des hommes me regardaient en sortant la langue comme si j’étais un morceau de viande, c’était pitoyable… »

Et, enfin, celui-ci :

« Benhabib et Martineau aiment surfer sur cette vague d’islamophobie. Tant mieux si ça leur permet de remplir leurs chroniques quotidiennes. Mais la majeure partie de leurs lecteurs sont des aliénés mentaux ou des mongols. »


LE MOT MAGIQUE

Alors, elle exagère, Djemila ? Elle en met une couche pour se rendre intéressante ?

Moi, c’est l'accusation d’islamophobie qui me fait grimper aux rideaux. Celle insulte-là, les barbus la sortent dès que quelqu’un critique l’Islam.

Ça fait plus de 15 ans que je pourfends les extrémistes religieux de tout acabit, autant les grenouilles de bénitiers que les fous d’Allah.

Au cours de ces années, je n’ai jamais été traité de christianophobe, même si j’ai parfois été très dur envers certains cathos, monseigneur Ouellet en tête. Mais chaque fois que j’ose attaquer les fondamentalistes musulmans, bingo, on me traite d’islamophobe.

Comme s’il suffisait de sortir ce mot magique pour enterrer les critiques…


CAMPAGNE D’INTIMIDATION

Vous me direz que tous les « donneurs d’opinions » reçoivent des commentaires haineux. Vrai.

Mais dans le cas de Djemila, c’est différent. Depuis la parution de son blogue, elle est l’objet d’une campagne d’intimidation et de harcèlement particulièrement virulente, menée par un groupe de musulmans radicaux qui agissent en meute pour la faire taire.

Et après ça, on nous dira que le fondamentalisme islamiste n’existe pas au Québec, que tout ça est le fruit de notre paranoïa.

Bien tiens…



28 Février 2012

Permalink 20:56 pm, Richard Martineau / Franc-parler, 75 mots  

Pour femmes seulement

En Angleterre, un organisme a installé une pub interactive dans un abribus afin de sensibiliser les gens au fait que des millions de jeunes filles n’ont pas accès à l’éducation dans le monde.

Le hic, est que grâce à un système de reconnaissance faciale, cette pub ne s’active que lorsque c’est une femme qui la regarde.

Une pub sexiste qui lutte contre le sexisme…

C’est pas un peu contre-productif ?



:: Page suivante >>